TUTO La profondeur de champ


  • Admin

    Hello

    Je remets ici un tuto que j’avais rédigé dans le passé.
    Remarques, compléments, précisions, etc… bienvenus.

    TUTO La profondeur de champ

    Niveau : Base

    Qu’est la profondeur de champ (PDC) ?

    C’est la zone nette sur une photo.
    C’est une zone plus ou moins étendue qui commence avant l’endroit à la mise au point a été faite, et qui continue jusque derrière ce même endroit.

    0_1465145390205_PDC1.JPG

    Comment jouer sur le “plus ou moins” étendu ? (avec une faible PDC ou au contraire une PDC très grande).
    3 paramètres entrent en ligne de compte :

    • la focale
    • l’ouverture
    • la distance de Mise Au Point (MAP).

    Je reprécise rapidement quelques info sur ces 3 notions :

    • La focale : c’est ce qui caractérise votre objectif (sa capacité à grossir ou à avoir un large champ de vision). Par exemple un objectif fixe avec une focale de 50mm ou encore un zoom avec une focale comprise entre 70 et 200mm.
      – Un point important ici, selon la catégorie de votre appareil photo, il faut parler en focale “native” et pas en focale équivalent 2436. Exemple, sur un réflex APS-C, style Nikon D3000 ou D5000, il y a un facteur de 1,5 entre la focale de l’objectif et l’équivalent 2436 (aussi appelé maintenant “Full frame”).
      – Donc, en résumé, il faut bien se baser sur la distance focale qui est écrite sur votre objectif. Désolé, ce sont des subtilités sans doute un peu compliquées à comprendre pour un débutant.
      – Ces subtilités ne servent toutefois qu’à comparer éventuellement la profondeur de champ entre différents types d’appareil photo: un compact, et réflex, etc. Pour votre compréhension de la PDC sur votre appareil, inutile de prendre cela compte.

    • L’ouverture : la taille de l’ouverture du diaphragme (le trou par lequel entre la lumière !). Elle s’exprime avec des valeurs du genre f/1.4, f2.8, f5.6…

    • La distance de mise au point : simple, la distance entre l’appareil photo et l’endroit que vous choisissez pour faire l’image nette.

    Comment ces paramètres influent sur la profondeur de champ ?

    La focale : plus celle-ci est longue (valeur élevée), plus la PDC va être réduite. La zone de PDC sera plus petite si vous prenez une photo au 200mm que si vous prenez une photo au 28mm.
    0_1465145562896_PDC2.JPG

    L’ouverture : plus le diaphragme est ouvert (valeur faible), plus la PDC va être réduite. La zone de PDC sera plus petite si vous prenez une photo à pleine ouverture (PO, c’est à dire le plus petit nombre autorisé par votre objectif, f/2.8 par exemple) que si vous fermez davantage le diaphragme (f/11 par exemple).
    0_1465145612235_PDC3.JPG

    La distance de mise au point (MAP) : plus la zone de mise au point est proche (quelques dizaines de centimètres par exemple), plus la PDC sera faible. Alors que si vous faites la mise au point sur un endroit très éloigné, la PDC sera très importante.
    0_1465145665692_PDC4.JPG

    Evidemment, ces 3 paramètres se cumulent :

    • Si vous prenez une photo de :
      – quelque chose qui est très proche de vous (1 ou 2 m par exemple),
      – avec une focale élevée (150 mm par exemple),
      – et avec une grande ouverture (f1.8 par exemple),
      – alors la PDC sera très très faible. C’est typiquement le genre de photo que l’on fait pour du portrait par exemple.

    • Inversement, si vous prenez en photo :
      – quelque chose de très éloigné (une centaine de mètres),
      – avec un grand angle (28mm par exemple)
      – et avec une faible ouverture (f11 par exemple),
      – alors toute votre photo sera sans doute nette. C’est typiquement ce que l’on recherche pour un paysage.

    A partir de là tout est possible, à vous de jouer sur ces 3 paramètres…

    A savoir également

    La zone de PDC n’est pas répartie équitablement entre devant et derrière la zone de mise au point.

    • Sans rentrer dans des calculs scientifiques, mais pour donner une idée et faire comprendre : imaginez que votre configuration focale/ouverture/distance de map vous permette d’avoir une zone de PDC de 5 mètres. Et bien cela ne signifie pas que tout ce qui est 2,5m devant et 2,5m derrière l’endroit où vous faites la mise au point sera net. Non, c’est plutôt 1m devant et 4m derrière.
    • La zone de PDC est majoritairement derrière l’endroit où la zone de mise au point a été faite. Cet effet augment avec la distance de mise au point (pas très visible pour une mise au point proche, beaucoup plus visible pour une distance de MAP élevée)

    0_1465145774966_PDC5.JPG

    L’hyperfocale est une configuration des trois paramètres (focale, ouverture, distance de map) pour laquelle la zone de netteté va couvrir toute la photo de (preque) devant l’objectif jusqu’à l’infini.

    • Cette configuration ne peut être obtenue qu’avec une focale faible et une ouverture élevée et une mise au point à quelques mètres devant l’objectif.
      – On parle ici en focale native (Cf. paragraphe en gris ci-dessus). Donc les appareils à petits capteurs sont avantagés ici et pourront plus facilement trouver une configuration en hyperfocale.
    • L’intérêt de l’hyperfocale réside dans le fait que l’on peut déclencher sans se poser de question, toute la photo sera nette (pratique en photo de rue, quand on veut déclencher rapidement).
    • Pour utiliser l’hyperfocale, il faut être en mise au point manuelle et faire la mise au point une première fois à la distance voulue. Ensuite, il est possible de déclencher à l’infini sans se poser de question, la photo sera nette…

    En macrophotographie, les règles de PDC sont un peu différentes, je n’en parle pas ici.

    Les limites pour jouer (dans un sens ou dans l’autre) avec le PDC :

    • Votre objectif (fixe ou zoom), mais la plage de focale et d’ouverture est “physiquement” limitée par votre matériel
    • Votre sujet, s’il est prêt ou loin de vous (si vous avez la possibilité de vous approcher ou de reculer), mais aussi sa taille, la composition que vous voulez obtenir…
    • L’exposition et les conditions de lumière… par exemple, si vous voulez obtenir une grande PDC, il faut fermer, mais si vous fermez, moins de lumière rentre, donc il vous faut augmenter le temps d’exposition, mais du coup, peut être le risque de bougé, etc.
    • La taille de votre capteur par rapport aux petites ouvertures. Il faut savoir que lorsque vous fermez le diaphragme, petit à petit il y a un phénomène de diffraction qui apparait et qui va faire que votre photo va perdre en piqué/netteté.
      – Sur un APS/C il n’est pas conseillé d’aller au-delà de 16.
      – Sur un capteur µ4/3, pas au-delà de 11.


  • Très bien fait ce tuto, et à conseiller au débutant car c’est une super bonne façon de se faire plaisir avec un boitier que de pouvoir faire joujou avec la profondeur de champ !

    @Gief-Kan a dit dans TUTO La profondeur de champ :

    En macrophotographie, les règles de PDC sont un peu différentes, je n’en parle pas ici.

    Je me permets un petit complément :
    En macro, il est convenu que la profondeur de champ est la même, devant et derrière la zone de mise au point :
    “vous lirez ou entendrez probablement un jour que la profondeur de champ est répartie pour un tiers devant le plan de mise au point et deux tiers derrière. En réalité, elle s’étend toujours davantage derrière que devant mais pas en proportions fixes : en macrophoto, les profondeurs avant et arrière sont presque égales mais pour le paysage, quand la netteté s’étend jusqu’à l’infini, la zone arrière est infiniment plus grande que la zone avant. Même si elle peut correspondre très grossièrement à des applications comme le portrait ou le nu en studio, la répartition 1/3 - 2/3 ne survient que dans des cas particuliers et mieux vaut oublier cette « loi » qui n’en est pas une.” (source wikipédia).

    Et un autre petit rajout :
    Sur les reflex (peut être aussi les hybrides ?), il existe un bouton de test de la profondeur de champ : lorsque nous regardons dans le viseur, pour avoir une bonne visibilité, le diaphragme est ouvert au maximum (donc la profondeur de champ est la plus petite).
    En appuyant sur ce bouton, le diaphragme va se fermer à la bonne valeur (dès le moment où nous ne sommes pas à pleine ouverture), ce qui nous permet de distinguer ce qui sera net et ce qui sera flou.
    Quand on débute, l’utilisation de ce bouton est rebutant (l’objectif laisse entrer moins de lumière, et l’aperçu obtenu est bien moins visible), mais je pense que pour certains cas, c’est une bonne habitude à prendre.
    Depuis que je possède un boitier avec ce bouton de test sur la droite, je m’en sers régulièrement en macro, afin de vérifier si mon ouverture est suffisante (et surtout, si je n’ai pas trop fermé, pour rien).


  • Admin

    @Philippe Merci pour ces compléments utiles.

    Je ne suis pas spécialiste de la macro, ni de l’optique, mais si je me souviens bien, la focale par exemple n’intervient plus lorsque l’on est au rapport 1:1 (du moins elle n’intervient plus sur la taille de la zone nette).


  • Admin

    Complément rapide : sur aps-c, dépasser f/6.4 c’est déjà perdre en qualité (en tout cas chez Fuji) et je crois que la diffraction arrive dès f/11 (confirmé ici sur le site de Focus Numérique qui teste un 35/1.4) :

    http://www.focus-numerique.com/test-2022/objectif-fujifilm-fujinon-xf-35mm-f14-r-test-8.html#p04)



  • @Gief-Kan a dit dans TUTO La profondeur de champ :

    Je ne suis pas spécialiste de la macro, ni de l’optique, mais si je me souviens bien, la focale par exemple n’intervient plus lorsque l’on est au rapport 1:1 (du moins elle n’intervient plus sur la taille de la zone nette).

    Oui, c’est tout à fait ça, j’ai d’ailleurs beaucoup de mal à m’y faire, dans le sens ou je pense toujours avoir moins de profondeur de champ avec mon 180.
    Je dois avoir une formule simplifiée à la maison (qui fonctionne avec le rapport de grossissement), dans un chasseur d’image dédié à la macro. De mémoire, il devait y avoir un tableau avec la taille de la profondeur de champ, suivant l’ouverture. Si je le retrouve, je ferais un scan pour l’ajouter ici (je crois par contre que la dimension du capteur n’intervient que dans le cercle de confusion).



  • @Narayama a dit dans TUTO La profondeur de champ :

    Complément rapide : sur aps-c, dépasser f/6.4 c’est déjà perdre en qualité (en tout cas chez Fuji) et je crois que la diffraction arrive dès f/11 (confirmé [ici sur le site de Focus Numérique qui teste un 35/1.4]

    Ca me parait peu f/6.4 !
    Ici, la qualité semble remonter à f/11 (bon, après, je n’ai pas lu le lien… je regarderai ce soir à la maison).


  • Admin

    Oui, c’est pas beaucoup f/6.4, mais la pdc est plus importante sur un aps-c (par exemple la photo que j’ai posté de la manif était faite à f/6.4 de mémoire, et on a une bonne pdc). Par ailleurs, sur le Fuji il y a un obturateur électronique qui monte jusqu’au 1/32 000 ème ; ça permet de faire des portraits à f/1.4 en plein soleil sans mettre de filtre 😄



  • @Philippe a dit dans TUTO La profondeur de champ :

    Je dois avoir une formule simplifiée à la maison (qui fonctionne avec le rapport de grossissement), dans un chasseur d’image dédié à la macro. De mémoire, il devait y avoir un tableau avec la taille de la profondeur de champ, suivant l’ouverture. Si je le retrouve, je ferais un scan pour l’ajouter ici (je crois par contre que la dimension du capteur n’intervient que dans le cercle de confusion).

    Bon, en fait, il s’agit d’un compétence photo, et il y a une petite coquille dans la formule (enfin, il n’est pas précisé que la valeur du cercle de confusion dépend de son boitier).
    Du coup, voici un lien avec un tableau excel reprenant la même formule, mais avec possibilité de modifier le cercle de confusion : tableau excel
    source : galerie-photo



  • Merci pour le tuto @Gief-Kan
    J’émets une remarque sur l’hyperfocale qui ne donne pas bcp de mordant à l’image à mon goût 😞
    je vois ça plutôt comme un compromis



  • Au delà des calculateurs, une fois la bonne distance de map trouvée, ça fonctionne quand même plutôt bien.
    Après, il y a une autre façon de faire, qui est certainement plus utilisée qu’on ne le croit : le focus-stacking.
    On parle souvent de focus-stacking en macro à forte échelle de grossissement et en hypermacro, mais je pense que c’était utilisé déjà pour le paysage.


Log in to reply